Version imprimable de cet article
envoyez cet article à un ami
Tristesse
Guy PONCELET est décédé
21 septembre 2010
Rubrique:L’ASBL "Observatoire citoyen"
Guy PONCELET, procureur du roi honoraire de Tournai, est décédé le 15 septembre 2010 à Mons. Guy était membre de notre association, dont il était le trésorier scrupuleux et méthodique. Bien plus, il faisait partie de "l'équipe porteuse" de l'Observatoire citoyen depuis nos débuts. En 2004, il avait notamment assuré avec d'autres, jour après jour pendant quatre mois, une permanence à Arlon de notre association, lors du procès "Dutroux, Nihoul et consorts". Nous sommes très émus d'apprendre son décès et présentons nos condoléances à sa famille. Voici l'article mis en ligne ce 21 septembre par le journal "L'Avenir" sur son site.
TOURNAI - Le procureur du roi honoraire de Tournai, Guy Poncelet, est décédé et a été inhumé comme il a vécu : dans la discrétion. Procureur du roi honoraire de Tournai, Guy Poncelet est décédé à Mons, le mercredi 15 septembre. Il a été inhumé dans la plus stricte intimité. La discrétion qui entoure sa disparition est à l'image de celle qu'il a affichée durant toute sa carrière. Il était procureur du roi de Tournai depuis mai 1984. Il avait alors succédé à Mme Danielle Dierkens-Dieu. Avant d'accéder à ce poste, M. Poncelet avait occupé la fonction de juge de paix des cantons de Péruwelz et Quevaucamps. De la même façon qu'il avait refusé toute interview lors de sa nomination, Guy Poncelet n'avait pas voulu répondre aux questions des journalistes à la fin de sa carrière. {« Je pars discrètement, avait-il alors déclaré en ajoutant : Je ne souhaite ni dresser un bilan de mon mandat, ni révéler mon état d'âme, compte tenu de ce que j'ai vécu et de ce que je vis encore. Je ne veux pas non plus faire de commentaires sur la Justice belge. En tout cas pas pour le moment. »} En filigrane de ce court propos, c'est toute l'affaire de l'assassinat de son fils Simon qui transparaissait. Autant M. Poncelet avait eu des attitudes de réserve avant celui-ci, survenu en février 1996, autant il était apparu vindicatif depuis lors, en particulier vis-à-vis du fonctionnement de la Justice de notre pays. {{En quête de vérité}} On avait d'ailleurs pu le voir participer, en novembre 1999, à la marche blanche au cours de laquelle il avait expliqué ne pas comprendre la décision de justice qui avait permis la libération du principal suspect dans le cadre du meurtre de son fils. Il s'était également impliqué dans diverses actions menées dans la foulée du procès Dutroux. Il était notamment cité comme « personne ressource » dans le cadre d'une soirée débat sur le thème : « Le procès Dutroux-Nihoul et consorts » organisée en février 2004 par l'Observatoire citoyen, une association rassemblant un groupe de personnes issues de la société civile, poursuivant l'ambition de « susciter la réflexion citoyenne sur le fonctionnement des autorités policières et judiciaires et plus généralement en charge de la protection de l'enfance en Belgique » . Les dernières déclarations de Guy Poncelet en nos colonnes datent du 8 septembre 2004, alors que la chambre des mises venait de prononcer un non-lieu envers l'ancien policier soupçonné du meurtre de Simon Poncelet. Le procureur honoraire de Tournai nous avait alors confiés : {« Aujourd'hui, tout est balayé par la chambre des mises. Celle-ci avalise la décision prise par la chambre des mises, autrement composée, le 10 juillet 1998. Ce jour-là déjà, j'ai compris que ce dossier ne pouvait pas aboutir. Hélas !, je sais que l'on a stipulé que des mesures pénales sévères seraient prises contre les parties qui révéleraient ce qui figure dans le dossier. Je ne veux pas encourir de procès en correctionnelle, comme Carine Russo l'a risqué en son temps. Mais une personne, qui figure au dossier, sait des choses, qui pourraient le débloquer. Si seulement cette personne parlait... La Justice est plus opaque que jamais : rien ne peut être révélé en ce dossier. Cette affaire ne peut pas se débattre en public, c'est ce que je comprends désormais »}. Rompu par le chagrin, il avait encore déclaré que {« la manière dont l'enquête a été conduite, a probablement joué. Je suis effondré. Je pensais à tort, que mon fils avait droit à la vérité. Je me rends compte qu'on ne veut pas la vérité »}. Ces non-dits ont contribué à miner la santé de cet homme qui a toujours fait son métier dans la discrétion, avec intégrité. À sa famille, notre journal présente ses condoléances émues. V.D.
[Cet article sur le site de "l'Avenir"->http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=39052192] {{Quelques contributions de Guy PONCELET mises en lignes ici ces dernières années :}} [- Les chemins de la procédure pénale (décembre 2003)->20] [- Comment les jurés vont-ils décider ? Et sur quoi ? Un extrait de notre livre "Clés pour le procès" (chapitre rédigé par Guy PONCELET, Procureur du Roi honoraire)(février 2004)->357] [- Au cœur du procès, la belle assurance du juge Langlois fond comme neige au soleil (mars 2004)->189] [- L'enquête de moralité sur Michel Lelièvre... à la sauce Langlois (mai 2004)->308] [- Questions sans réponses (juin 2004)->379] [- Violence intra-familiale. L'Aide à la Jeunesse : un cri d'alarme (une étude du G.R.E.J., mai 2006)->562] [- 800 dossiers aux oubliettes... au parquet de Bruxelles (juin 2006)->569] [- "Le Grand Franchimont". La place des victimes dans la réforme du Code de procédure pénale (juin 2006)->570] [- Mariusz au foot... Réaction de l'Association syndicale des magistrats (septembre 2006)->588]

Observatoire Citoyen asbl
siège social: rue d'Ansuelle 21d
B 6150 Anderlues, Belgique
info@observatoirecitoyen.be
Soutenir l'O.S.
design © 2006 webage